Actualité  L'oeuvre vitrail  Autres créations  Références  Biographie  Atelier Association
  Actualité / Publications - Éditions
Agenda | Actualités - Évènements récents | Publications - Éditions | Activités 2009-2016

2012 : Revue L'Auta
Article sur les réalisations d'Henri Guérin à Toulouse
Dans les 2 derniers numéros de la Revue L'Auta, ont été publié en 2 parties, l'article de Sophie Guérin Gasc sur les réalisations de vitraux d'Henri Guérin à Toulouse.
Dans le numéro 37 de septembre  : Les vitraux pour les édifices religieux.
Dans le numéro 38 de novembre : Les vitraux pour les édifices publics.

Cet article nous a permis de présenter et de faire découvrir des réalisations peu connues, du milieu des années 1960, comme les verrières de l'École Vétérinaire (Lardenne) et celles de l'église du Saint-Esprit (Bagatelle).


Une des verrières de l'École Vétérinaire de Lardenne - Hall d'entrée


Verrière latérale du chœur - Église du Saint-Esprit - Bagatelle -

Revue diffusée sur abonnement.
Demande possible auprès de la Société des Toulousains de Toulouse et Amis du Vieux Toulouse
7 Rue du May - 31000 Toulouse
Tel : 05 62 27 11 50
Courriel : toulousains.de.toulouse@wanadoo.fr
SITE : http://toulousainsdetoulouse.fr/

JUIN 2012 : Parution 2ème édition
Patience de la main aux Éditions du Cerf - 1ére édition 1996
Cet ouvrage épuisé depuis plusieurs années, édité en 1996 avec les Éditions du Cerf reparaît chez ce même éditeur, à l'identique. Cette réédition était attendue par de nombreux amateurs.

À l'automne, nous organiserons une lecture de certains passages avec des amis comédiens et poètes. Le lieu est encore à déterminer …


Dans cet essai, se cristallisent toutes les réflexions et méditations d'Henri Guérin sur son activité créatrice. Dans une forme très épurée, en douze petits chapitres, en partant de sa pratique du dessin, il distille une pensée claire, profonde et directe, message aux jeunes artistes mais surtout partage d’une expérience unique « pour toucher toute vie désirant une relation sensible au monde ».

 

« Patience, patience. La patience mûrira votre œuvre aussi sûrement qu’un doux soleil d’automne au verger accomplit les promesses de l’arbre. »



Disponibles dans toutes les librairies.
Par correspondance auprès de l'Association Henri Guérin : asshenriguerin@orange.fr
Prix : 12€


Février 2012 : Éditions du livret "Les vitraux d'Henri Guérin à Auch"
Compte-rendu de la Journée Découverte de novembre 2011
Pour les participants à cette visite, nous avons réalisé un petit livret, compte-rendu de la journée découvert des vitraux  d'Henri Guérin à Auch.
Il est disponible sur simple demande pour les adhérents de l'association gratuitement au format pdf.

Nous contacter si ce livret vous intéresse : asshenriguerin@orange.fr





AVRIL 2011 : 2ème édition de l'ouvrage
Henri Guérin - DE LUMIÈRE ET D'OMBRE

Suite à l'épuisement de la première édition, une nouvelle édition de l'ouvrage paru en mai 2009  "De lumière et d'ombre", édité par la Revue de la Céramique et du Verre, Vendin-le-Vieil vient de paraitre.
Anthologie de textes choisis par Henri Guérin, accompagnée d'un reportage du travail à l'atelier en 2009, par Gaétane Girard, photographe.




Format 22 x 28 cm, 96 pages - 70 Illustrations couleurs - ISBN 978-2- 908988-63-5  - 19,50 €

Commande possible auprès de l'Association Henri Guérin
Chèque à l'ordre de l'Association Henri Guérin
10 Chemin du Calquet
31100 TOULOUSE
19,50 € - Frais de port offert.


2011 - Site ESPRITS NOMADES
À lire ou relire
« Il est des lieux de vastes ondulations de terre, peuplées de champs et de bois sur lesquels le ciel vient battre et respirer en grandes voiles blanches. Lentes processions alternées de lumières, elles coulent sur toutes choses, effleurant d'un souffle le buisson, l'arbre un peu plus longtemps soupire, déjà l'ombre gravit solennelle la colline, tandis qu'étangs et ruisseaux d'un bref instant s'éclairent  (…) "


Lisière, dessin à  l'encre de Chine

Lisez la suite sur le site d'Esprits Nomades, animé par Gilles Pressnitzer auquel nous confierons régulièrement des textes puisés dans le fonds des textes inédits ou publiés dans des revues à diffusion limitées, en attendant la publication d'un recueil illustrés les regroupant.

http://www.espritsnomades.com/artsplastiques/guerinhenri.html

2009 10 DÉCEMBRE : SORTIE DU DVD Henri Guérin - Confidences
un film d'Hervé Desvaux (27 mn.)
Un film réalisé en août 2009 à la demande d'Henri Guérin, comme témoignage de son exposition "Lumières d'été" à l'Orangerie du Sénat, à Paris. En fait, les dernières confidences de l'artiste sur son travail puisqu'il est décédé le 24 octobre dernier. En septembre,  il a pu en voir un premier montage et  préciser ses souhaits au réalisateur, le photographe Hervé Desvaux.

Disponible à partir du 15 décembre, au prix de 20 Euros.

Renseignements et commande par correspondance auprès de l'Association Henri Guérin : asshenriguerin@orange.fr

POINTS DE VENTE (DVD et cartes postales) :
- À TOULOUSE, Librairie SILOE, place de la Trinité.
- À PLAISANCE-DU-TOUCH, Librairie "Lire aux éclats".
- Librairie de l'Abbaye d'EN CALCAT, Dourgne (Tarn)



28 OCTOBRE 2009 : TEXTES ET HOMMAGES - OBSÈQUES D'HENRI GUÉRIN
Toulouse - Église du couvent des Dominicains




La messe fut présidée par Mgr Jacques de SAINT BLANQUAT
et concélébrée par le Père DAVID, Abbé d’En Calcat, accompagné de trois moines (Frs Michel-Marie, Étienne et Irénée), Paul GUERIN, frère d’Henri, Jacques HARTMANN, Philippe CURBELIE, fr. André GOUZES, fr. Olivier de SAINT MARTIN, curé de la paroisse, fr. Benoît MONTAGNES, fr. Jean-Michel MALDAME, fr. Emmanuel PERRIER, fr. Emmanuel PISANI, fr. Nicolas-Bernard VIRLET, fr. Rémy BERGERET, fr. Joseph DINH KHAC, Pères Liziers de BARDIES, Jean-Marie MIQUEL, ancien curé de Plaisance du Touch, Jean BARBA, nouveau curé de Plaisance du Touch., frère Jean-Claude CHUPIN ofm.accompagnés de plusieurs frères de la Communauté de l’Agneau etc. . . .











TEXTE D'HENRI GUÉRIN LU PAR SOPHIE

MÉDITATION D'UN ARTISTE SUR LA MORT
(Colloque - Abbaye de Sylvanes - 2002)
Extraits lus pendant la célébration

Maman, ma manière de rendre témoignage à papa sera de vous lire des extraits d’un texte qu’il avait écrit en 2002 pour un colloque sur la mort dans les religions, à l’abbaye de Sylvanes  : méditation d’un artiste sur la mort. J’ai eu la chance au long de toutes ces années de recherches à ses côtés, quinze ans déjà, de découvrir ses écrits qui ont toujours accompagnés, appronfondis et éclairés sa pensée créatrice. Il nous a devancé dans la mort. Ces derniers jours, il était sur le gué, il le savait. En me disant, un matin de la semaine dernière, « j’ai dit adieu à la terre », j’ai repensé à ce beau texte. Je lui prête ma voix aujourd’hui. Que sa parole et sa foi apaisent la peine profonde que nous ressentons et nous guident.


TERRE NOTRE BERCEAU, NOTRE TOMBEAU

   " Ma vocation,  c’est de contempler le monde créé et de m’émerveiller. Regarder pour apprendre à voir cette beauté,  voilée par la délicatesse de Dieu qui ne veut pas par une gloire trop évidente attenter à notre liberté. Mais, tout autant, ce que je regarde peut me remplir d’effroi car la lumière sur le monde n’est pas dépourvue d’ombres. Notre terre berceau de l’aurore devient au soir tombeau, là où s’ensevelit au plus loin des terres l’ultime clarté du jour.
 (…)
Le regard que je n’ai jamais cessé de porter sur les perpétuelles naissances et morts, ces événements quotidiens de jubilation et de tragique mêlés, ont quelque rapport avec le pressentiment de précarité de l’existence : naissance, croissance, plénitude, puis perte et retrait, disparition, absence

J’ai contemplé le monde comme un livre ouvert. Sur les pages du ciel et de la terre, j’y ai lu inscrit notre destin. La nuit me tient en proue sur l’univers, le regard se perd dans l’infini déployé, tout constellé de regards. À contempler le ciel nocturne animé de tous ces tournoiements impassibles d’éternelles processions, la mortelle certitude des vivants peut vaciller vers une folle espérance.
(…)
L’homme debout, très tôt, méditera sur l’homme couché dans la mort, quand ses proches sur le monde lui fermeront les yeux. Par ce dur désir de durer par l’Espérance chevillée au corps, il inventera les gestes de respect pour les corps désertés du souffle, il leur donnera les viatiques dans l’ensevelissement pour subsister au-delà du terme, pour la pérennité de vivants à travers la mort.
(…)
Nous tous, vivants, apparaissons un instant dans le faisceau qui nous fait sortir de l’ombre du ventre maternel, un à un, génération après génération. Chaque vie émerge éblouie par la lumière pour retourner à l’ombre dans un lent et pathétique échange

Oui, ce que j’ai appris à voir me laissera toujours aussi démuni devant le bout de bois sec d’un rosier taillé à mort, lorsque la lente procession des sèves suscitera cette infime congestion de vie, promesse d’un bourgeon d’où tant de matières inouïes surgiront.

Terre notre planète, astre unique. Peut-être le seul vaisseau habité de l’univers, minuscule planète perdue au sein des constellations, elle roule dans l’abîme à tombeau ouvert. Astre couvert d’herbes, de feuilles, de plumes, de poils, piétinant sur l’infime pellicule de vie qui le recouvre. Son terreau n’est que le résidu de milliards d’épaves, naufrages accomplis saison après saison : sables, grains et feuilles, pollens, fleurs, fruits, prairies, savanes et forêts dans la chute du bruissement d’ailes d’insectes et d’oiseaux, joint aux cris de mammifères déchirant de leurs traques, fuites et étreintes, cette implacable dévoration de vie. C’est dans ce même terreau d’infime épaisseur, levé par les siècles, couche après couche, que les hommes eux-mêmes s’y couchent, s’abîment, se défont et s’y dissolvent. Tous encore demeurent répandus, enfouis, en cette surface féconde, ils nous accompagnent en notre vaisseau clos, dans sa course éperdue.

Quand tout en vous vénère la vie sous bien des formes, peut-on conjurer la peur de la mort, par cette observation patiente que tout ce qui vit s’épanouit et meurt ? Créer, c’est un peu repousser et faire reculer la mort, sa propre mort. À chaque chantier de vitraux importants qui demandent plusieurs saisons, parfois des années de distance pour achever l’ensemble, un sentiment d’inquiétude me tenaille à chaque fois, avec l’impression ressentie souvent que le dernier en route restera inachevé. Sentiment que le temps m’est compté plus qu’aucune autre fois.

Je ne puis m’empêcher, lors du décès d’un être proche, de veiller en pensant à sa première nuit en terre, celle d’un corps abandonné à cette solitude épaisse et refermée sur elle même, enterrée. Je songe à ce reflux de la matière  (…) La merveilleuse mécanique du vivant, le cœur et son réseau, le cerveau et ses fines impulsions nerveuses, tout s’anéantit.

Peut-être est-il besoin que cet anéantissement de la chair se fasse pour rejoindre le pur esprit de Dieu, immatériel, tout Esprit. Mais alors que signifie la Résurrection des corps qui nous est promise ? Car en nous vivants incarnés, rien ne peut se concevoir hors de la chair avec nos sens pour voir, sentir, écouter, toucher, parler. Sans eux, nous ne sommes rien et ce n’est pas pour rien qu’on appelle dépouille ce corps absent de lui-même, quand ce que nous appelons âmes semble avoir déserté toutes les fonctions qui l’habitaient. Question qui s’arrête au seuil de la Foi, d’une confiance de petit enfant et qui, comme Marie à l’ange,  demande « Comment cela se fera-t-il ? » Sans nul doute par la Puissance du Très haut car rien n’est impossible à Dieu, puisque de la lumière qu’il créa, il fit de rien toutes choses.

Les couchants plus que les aurores viennent à leur tour rappeler le déclin de toute chose créée, avec l’espérance renouvelée chaque jour d’une aurore sans fin annoncée dans l’Apocalypse. « De nuit il n’y en aura plus, ils se passeront de lampe ou de soleil, car le seigneur répandra sur eux sa lumière. Lui qui n’est que Lumière ».

Alors courage ! (…) Tenons nos lampes allumées, même si ce ne sont plus que des mèches qui fument encore. L’Esprit, qui souffle là où il veut, ranimera nos cœurs (…). Et bien qu’aveugles parmi les aveugles, nous pressentons ce que d’autres attendent dans la nuit close : L’Espérance du lever du jour par les signes que l’Esprit nous confia, en notre vocation de veilleur."

Sa vocation de veilleur …




Vitrail "Le Veilleur"


L'hommage de son frère, l'abbé Paul Guérin

      
HOMMAGE À HENRI

« J’ai le cœur et l’esprit déchirés et pourtant, Henri, je veux rendre grâce à Dieu pour ta vie terrestre.
Il est écrit que tu es né de Dieu et beaucoup ici peuvent témoigner que tu respirais en Lui. Mais tu es né aussi de la chair et du sang. Ton extraordinaire goût de vivre, tes enthousiasmes (et aussi tes emportements …), ta volonté de trouver ton chemin à toi malgré les obstacles, tout cela avait une source humaine.
Béni soit Dieu pour les parents que la vie nous a donnés et pour l’éducation que nos parents nous ont donnée.
C’est bien à Dieu que je rends grâce en honorant ta vie car la gloire de Dieu c’est la vitalité des hommes comme ton bonheur fut le bonheur des tiens. Comme tu étais heureux quand on était heureux autour de toi (et aussi grâce à toi !). Un bonheur qui est passé par le feu des épreuves, la patience des années.
À mes yeux, ta vie  a été une belle parabole du Royaume, que chacun doit chercher comme on cherche la perle d’un amour mais que chacun doit accueillir comme les petits accueillent notre tendresse.
Tu m’as appris avec tes mains, ton talent mais aussi avec ta vie d’homme, tu m’as appris le secret de la vie spirituelle : il faut remplir les lampes d’huile, il faut labourer le terrain mais en vu de ce qu’on ne peut que recevoir : car il faut espérer la semence et voir – de tes yeux – la grâce de la beauté éclore miraculeusement entre tes doigts.
Et moi, de mon côté, je vivais l’autre miracle des mains vides, des paroles insuffisantes, des actions inutiles (ou presque) ? Comme les cinq pains et les deux poissons pour nourrir une foule.
Henri, tu as appris au jour le jour, le secret des secrets : il vaut la peine de vivre, d’aimer, d’éduquer, de prier. Tout cela ne tombe pas dans le vide car l’Amour éternel visite notre temps humain. Je me répète ton refrain favori : « Le meilleur de ce que j’ai fait m’a été donné ». Oui, la grâce n’est pas un mot, la grâce est la joie inoubliable d’être visité, touché, inspiré. C’est, à travers tous les devoirs, la joie d’être aimé gratuitement, sans raisons.

Henri, as-tu mesuré les chances de ta vie ?
Au centre du dernier grand vitrail, il y a un soleil blanc, éblouissant. Toutes les couleurs, semées tout autour, sont happées par ce puits lumineux. Ce n’est pas le fameux trou noir qui engloutit la lumière.
Tu nous donnes à croire qu’au vrai centre de l’univers, dans le Christ qui a goûté la mort pour en faire une autre naissance, en Christ, là est le vrai centre de gravité du monde. Là est la porte qui débouche sur l’inimaginable et pourtant tant espéré. En Christ, là est l’échelle peuplée d’anges qui va d’ici bas vers Dieu.
Au sein même de notre peine, rendons grâce à Dieu. »

Père Paul Guérin, Toulouse le 28 octobre 2009.




Panneau central de la verrière
"Marie, Porte du ciel"
destinée à la crypte de la cathédrale de Chartres
(pose prévue en novembre 2009)


Homélie du frère Alain QUILICI


Ma chère Colette,
et vous mes chers amis, Guillaume, Sophie, Hélène, Claire et Nicolas, cher Père Paul.
Nous aurions tous et chacun ici mille choses à vous dire. Et d’abord notre grande peine qui communie à la vôtre. Vous perdez un époux, un père, un grand-père, un frère.  Nous perdons un ami très cher, que nous aimions et que nous admirions.
Aussi, avant toute chose, voulons-nous vous dire notre affection. Mais nous voulons aussi avec vous célébrer notre espérance.
Au moment de laisser Henri entre les mains du Seigneur pour qu’il le conduise à la place qu’il lui a réservée de toute éternité, comme il l’a promis, nous voudrions, avec vous, rendre grâce à Dieu pour la vie et pour l’œuvre d’Henri.
Ce fut la vie et ce fut l’œuvre d’un Chrétien, d’un vrai disciple de Notre Seigneur Jésus le Christ. Et il est tout particulièrement émouvant, pour vous comme pour nous, de célébrer cet office dans cette communauté qu’Henri et toi, ma chère Colette, avez tellement aimée et soutenue, dans cette église de Rangueil où Henri a réalisé une de ses toutes premières œuvres, encore à l’ombre de son maître Dom Ephrem, un petit vitrail dans la chapelle du Saint-Sacrement, et aussi une de ses dernières œuvres, cette mosaïque de verre que vous voyez, en face de vous, sous les orgues.
Ces deux œuvres encadrent en quelque sorte toute l’œuvre d’Henri Guérin, une œuvre immense et multiple qui a trouvé son couronnement dans ce grand vitrail pour la cathédrale de Chartres qui est comme le couronnement de sa vie de peintre verrier. Vous imaginez : un vitrail à Chartres ! 

C’est que l’œuvre d’Henri est celle d’un homme qui a été touché par la parole de Dieu, d’un homme qui a rencontré personnellement le Christ et qui s’est laissé modeler par lui. Une œuvre qui célèbre la présence de Dieu dans sa création, tandis que le monde proclame son absence.
Car notre ami Henri Guérin recevait cette parole de Dieu comme il recevait la lumière. Il s’est fait le serviteur de la lumière, mais pas seulement de la lumière, il s’est fait aussi le serviteur de la Parole, pour célébrer la gloire de Dieu.
Cette présence de Dieu dans sa vie personnelle, comme dans sa vie familiale, a fait de lui un chantre de la beauté, cette beauté qui vient du Ressuscité, lui qui illumine le monde de sa gloire. Car la seule vraie beauté est la beauté de Dieu, cette beauté qu’il n’est pas besoin d’expliquer parce qu’elle saute aux yeux, parce qu’elle touche le coeur.
Aussi l’œuvre d’Henri est-elle source de paix, sacrement de la présence mystérieuse de Dieu en toutes choses. Une œuvre qui a été forgée, au prix d’un travail acharné, par ses mains, ses belles mains d’artisan qui lui obéissaient pour réaliser ce que son cœur lui dictait, ce que sa foi lui révélait, ce que son inspiration lui commandait de faire.
Vous avez bien fait de nous faire entendre cette grande prophétie d’Isaïe sur la parole qui vient du ciel et qui y retourne. Elle illustre si bien ce travail de l’Esprit, ce travail de la parole qui vient du ciel, comme la pluie, qui féconde le cœur de l’homme, comme la pluie féconde la terre, et qui remonte vers Dieu en chant de louange et d’action de grâce.
Et puis cette merveilleuse parole du Seigneur dans l’Evangile de Jean : Que votre cœur ne se trouble pas.  Petits enfants . . .  je vais vous préparer une place.  Et quand je serai allé et que je vous aurai préparé une place, je vous prendrai avec moi afin que là où je suis, vous soyez vous aussi.
Notre foi et notre espérance, notre bonheur reposent sur cette parole. Nous n’allons pas vers la mort, nous allons vers la lumière, cette lumière qui donne à notre vie, à ce morceau de vie que nous avons à vivre sur la terre, son vrai sens et sa vraie destinée.
Notre ami Henri Guérin laisse une œuvre importante qui le rendait profondément heureux, comme sa famille, son épouse, ses enfants, ses petits enfants le rendaient profondément heureux.  Il me le redisait encore quelques jours avant sa mort. Et s’il a souffert de quelque chose c’est de n’être pas reconnu, comme il aurait mérité de l’être dans les milieux de l’art contemporain. Mais l’exposition de ses vitraux et de tant d’autres belles choses, qui a eu lieu au Sénat en août dernier et le grand enthousiasme qu’elle a suscité chez ceux qui l’ont vue, a été pour lui une immense consolation, en même temps qu’une récompense, d’autant qu’il a pu célébrer cette exposition entouré de toute sa famille réunie. 
L’œuvre désormais parlera d’elle-même. Elle chantera la gloire de Dieu et la victoire du Ressuscité sur la mort et sur le péché.
Ecoutons encore le Seigneur Jésus nous dire à l’unisson avec la voix d’Henri : Je vous donne à nouveau un commandement : vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés.

Amen.





L'hommage de son fils Nicolas

.

Cher Papa,

C’est dans la nuit du changement d’horaire, quand l’heure d’été devient heure d’hiver, que, tu t’es définitivement éclipsé.

Il y a juste dix ans, en 1999, nous assistions ensemble dans le jardin de Plaisance, à l’éclipse totale….ce moment unique et mystérieux où la lune satellite sans vie, superpose avec culot, son disque sur celui du soleil, et fait disparaître sa lumière !

La lumière….elle t’a accompagné tout le long de ta vie, lorsque, avec ta  marteline, tu taillais les dalles de verres en une multitude de morceaux, qui, assemblés les uns aux autres, offraient à nos regards tes vitraux.

Tu es parti, mais eux sont là, même ici dans cette église : ils te saluent, par cette triste mais belle journée ensoleillée. Ils sont pour moi, et peut-être pour vous, ici réunis, les traces de ton beau passage sur cette terre

Merci Papa, pour tout ce que tu nous as apporté. Je dis nous en pensant à, Maman, à Anne Marie ta soeur, à Paul ton frère, à mes soeurs et à mon frère, à toute la famille et tous les amis présents ou absents dans ce lieu que tu chérissais tant.

Merci à vous les Dominicains, et à tous ses amis religieuses et religieux.

Papa, toi qui est très croyant, si l’au delà existe, je pense que tu seras bien accueilli, mais ne mets pas trop le bazar là haut, avec ton caractère d’artiste…..

Je t’aime.
Nicolas





Hommage de Roger Borland, lu au cimetière

          
Vitrail "L'Espérance"
Chapelle de l'Institut catholique
de Toulouse - 2003


MAI 2009
Henri Guérin - DE LUMIÈRE ET D'OMBRE

mai 2009 : parution de l'ouvrage "De lumière et d'ombre",
édité par la Revue de la Céramique et du Verre, Vendin-le-Vieil,
une anthologie de textes choisis par Henri Guérin,
accompagnée de photographies de Gaétane Girard de vitraux récents et du travail à l'atelier.
Format 22 x 28 cm, 96 pages - 70 Illustrations couleurs - ISBN 2-908988-43-7 - 19,50 €

Une présentation-signature de l'ouvrage a eu lieu
le vendredi 5 juin à 18h à la librairie Ombres blanches à Toulouse.



Commande possible auprès de la Revue de la Céramique et du Verre


Vendredi 5 juin 2009, 18h : Librairie Ombres Blanches, Toulouse
Rencontre autour de l'ouvrage
À l'invitation de la librairie Ombres Blanches et de la Revue de la Céramique et du Verre, son éditeur, Henri Guérin présentera son nouvel ouvrage "De lumière et d'ombre", recueil de textes accompagnés de photographies de Gaetane Girard du travail à l'atelier et de vitraux récents.

Vendredi 5 juin - 18H
Librairie Ombres Blanches
Rue Gambetta
31000 Toulouse



octobre 2008: BÉRITH de Jean Gabriel Rueg
Recueil de poèmes accompagnés de dessins d'Henri Guérin
           



            Petit recueil publié
            aux Éditions du Carmel,
            avec 16 dessins à l'encre de Chine,
            réduits au format du livre,
            qui accompagnent les poèmes
            tout au long de l'ouvrage.
 

PARUTION fin 2006 : REVUE ART SACRÉ N°22 - Cahiers de Rencontre avec le patrimoine religieux
Le Vitrail du XXème siècle: un élan de création
Dossier sur les vitraux de Huisseau-sur-Cosson

Le dernier numéro de cette revue artistique est consacré au vitrail contemporain. Un dossier de 16 pages concerne l'ensemble de vitraux de l'église de Huisseau-sur-Cosson (Loir-et-Cher) réalisé par Henri Guérin en 2005.

Vitrail du chœur (cliché JC Gasc - mai 2007)

L'association "Rencontre avec le patrimoine religieux" a organisé ces dernières années plusieurs colloques sur le thème du vitrail, auxquels Henri Guérin a participé (Voir le site www.rencontre-patrimoine-religieux.com).
Avec ce numéro, elle a souhaité approfondir le thème du vitrail contemporain : plusieurs artistes et historiens de l'art ont ainsi été sollicités. Ainsi, un article d'Angélique Pinet fait le point de la création de vitraux dans le Sud de la France, depuis le début du XXème siècle et un texte de Frère David accompagne ses toutes dernières créations de vitraux en dalle de verre.

Revue disponible auprès  d' Olivier Geneste au Centre François-Garnier - 10 Place du Marché - 36700 Chatillon-sur-Indre -  Tél/fax : 02 54 38 74 57 (et librairies Siloé Toulouse et abbaye d'En Calcat).

Février 2007 : Toulouse vue par Henri Guérin
La Dépêche du Midi du 27 février 2007
Une belle page en couleur à l'initiative de Bernard Lescure, pour évoquer Toulouse, des souvenirs, des rencontres et des lieux , témoigner à son tour dans cette rubrique journalière "Ils racontent leur ville".
Saint-Sernin, la place du Capitole le soir, Claude Nougaro, les concerts, l'opéra et les huîtres du Bibent …
Si vous voulez lire la page, demandez-la nous par le biais du contact du site !



SEPT-OCT 2006 : REVUE DE LA CÉRAMIQUE ET DU VERRE N° 150
Dossier  de six pages consacré aux vitraux de Retournac, reprenant l'entretien accordé à Ariane Grenon, journaliste, lors de l'inauguration des vitraux en juin 2006. Il est complété par le texte intitulé "En chemin vers la beauté" écrit et publié en 2005 dans la revue KÉPHAS.

Pour vous procurer un numéro, prenez contact directement avec la revue : 03 21 79 44 46 ou redaction@revue-ceramique.com

DEPUIS SEPT. 2005
HENRI GUÉRIN - L'ŒUVRE VITRAIL par Sophie Guérin Gasc

OUVRAGE DE RÉFÉRENCE :

Ouvrage "HENRI GUÉRIN - L'ŒUVRE VITRAIL" par Sophie Guérin Gasc édité en septembre 2005 aux ÉDITIONS PRIVAT. 160 pages, ill.couleurs ; préface de Dominique Ponnau, directeur honoraire de l'École du Louvre.
Cet ouvrage très illustré, première publication d'envergure sur les vitraux d’Henri Guérin, accompagne les expositions destinées à marquer les 50 ans d'atelier de l'artiste. Ainsi, le Centre International du Vitrail l’a choisi dans une édition personnalisée, comme catalogue de son exposition (mars 2006 – octobre 2007).

"J'ai pu écrire ce livre grâce au travail de recherche initié il y a maintenant 10 ans sur l'ensemble de l'œuvre vitrail de mon père. Recherche qui s'est concrétisée par une thèse de doctorat en histoire de l'art "Henri Guérin, peintre verrier, né en 1929 - Son œuvre au XXème siècle" dirigée par Claude Bédat, à l'Université de Toulouse-le-Mirail, soutenue en janvier 2003." Sophie Guérin Gasc, architecte et docteur en histoire de l'art.

Dans toutes les librairies, 39 euros.

2005 : Édition en DVD du film
Documentaire de J-Pierre Farcy - 52 mn- 2005
 

Cliquez sur l'image pour voir le vitrail dans l'atelier

Ce documentaire de 52 mn réalisé par Jean-Pierre Farcy, à la demande du musée des Manufactures de Dentelles de Retournac relate la génèse d'un des vitraux créés en 2005 pour l'église de Retournac (Haute-Loire), de la mise en œuvre dans l’atelier au printemps à sa pose dans l’édifice en octobre.
 
Dans l’atelier de Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne), toutes les étapes de la création d’un des panneaux de la verrière du transept sud de l’église de Retournac (Haute-Loire) intitulée « Hommage à François Régis » évoquant la mort du saint dans la neige. Du choix des dalles, de la taille sur le carton de coupe, à la coulée du panneau, au rythme des heures du jour, jusqu’au relevé du vitrail dans la baie de l’atelier, le lendemain.Tout au long du film, commentaires de l’artiste et dialogue discret avec un observateur privilégié, le conservateur du Musée des Manufactures de Dentelles de Retournac, Bruno Ythier, commanditaire du vitrail et du film, financés par la Ville de Retournac.

Ce film a été présenté lors des expositions récentes de l'artiste, à Odyssud à Blagnac et à Chartres, au Centre international du vitrail où diffusé en continu au sein de l'exposition, il a rencontré un grand succès public.

Prix : 20 Euros.

Points de vente :
Musée des manufactures de dentelles de Retournac ;
Centre international du vitrail, à Chartres.

Par correspondance, directement auprés de Jean-Pierre Farcy ; tel : 06 07 32 94 00.
Paiement par chèque : 25€ (20€ plus 5€ de port et d'emballage) à l'ordre de Jean-Pierre Farcy,
Adressé à JP Farcy Lieu dit le Fau 43800 Mézères.


Juillet 2005 : Publication des actes du colloque de Blois
Cahier de Rencontre avec le Patrimoine religieux N°20
Actes du colloque de BLOIS

Publication des Actes du Colloque "LE VITRAIL AU XX° SIÈCLE - INTELLIGENCES DE LA LUMIÈRE"
organisé par l’Association "Rencontre avec le Patrimoine Religieux"au château de Blois.
(Première participation de Henri Guérin en 1996 lors du colloque "Les Églises Rurales".)

Communication sur le thème "Création d’inspiration religieuse ou volonté de rupture avec le monument ?"

Autres intervenants : Philippe Saunier, Jean-François Lagier, Jan-Laurens Siesling, Jean Mauret, Bruno Loire, Laurence Riviale, Mgr Maurice de Germiny, Philippe Rouillac, Marc du Pouget, Stéphane Arrondeau, Don Giovanni Brizzi, Christine Manessier, Gilles Rouswoal, Pierre Carron.

Ouvrage de 184 pages, illustrations couleurs publié dans la série "ART SACRÉ - Cahiers de Rencontre avec le Patrimoine religieux" - n°20
Disponible auprès de Mme Marazzi au 02 38 62 34 13.

juillet 2002 : Article sur Henri Guérin
Revue d’art japonaise ME NO ME
JUILLET 2002 : Revue d’art japonaise ME NO ME
International exhibition of glass 98 - Kanazawa
Article de 8 pages, textes de Henri Guérin et photographies couleurs.
Publication qui fait suite au voyage effectué en juin 2000 à Tokyo et à Fukui (vitrail pour le musée des Sciences pour enfants).

2001 Mai : Parution dans la revue américaine NEW GLASS REVIEW 22
Vitrail d'Henri Guérin
Oeuvre publiée Oratoire privé - France- Ardêche - 2000


Mai 2001 - NEW GLASS REVIEW 22

Un vitrail créé en 2000 a été selectionné pour le numéro annuel de la Revue du CORNING MUSEUM OF GLASS (New-York), référence majeure dans le monde du verre).